Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Un film exemplaire : « Le procès de Viviane Amsalem » (2014)

VivianeDans Le procès de Viviane Amsallem (2014) de Ronit Elkabetz et Shlomi Elkabetz, une femme mariée depuis vingt ans demande le divorce, que son mari lui refuse. Débute alors un procès devant un tribunal rabbinique qui va durer près de cinq ans. Sur cette trame extrêmement ténue Ronit et Shlomi Elkabetz nous emmènent avec eux au coeur de la tourmente : sans aucune forfanterie on assiste, audience après audience, aux tourments d’une femme qui demande une choses simple, évidente, la reconnaissance de ses droits de femme les plus élémentaires ; puisqu’elle n’aime plus son époux, lequel ne lui adresse même pas la parole depuis plusieurs années, pourquoi les trois rabbins du tribunal refusent-ils de prononcer le divorce ? Parce que nous sommes quelque part (le lieu n’est jamais nommé) en Israël au vingt-et-unième siècle, et que les épreuves multiples que doit traverser cette femme pourraient se dérouler en des temps beaucoup plus obscurs et reculés. Quand religion et matière juridique s’entremêlent (en l’occurrence droit civil dans cette histoire) c’est toujours au détriment du bon sens et de la raison. Alors une farandole de situations, toutes plus surréalistes les unes que les autres (les trois juges menaçant de retirer le permis de conduire au mari qui refuse de se présenter aux audiences, alors qu’il ne l’a pas ; le frère du mari faisant office d’avocat accusant l’avocat de la plaignante d’être amoureux d’elle ; les témoins des deux époux tous plus hypocrites les uns que les autres, etc…), nous montre à quel point le sort des femmes est bafouée tous les jours, un peu partout dans le monde. Ce film courageux réalisé par la sublime Ronit Elkabetz (avec Shlomi Elkabetz) qui interprète elle -même avec beaucoup de dignité le rôle de cette femme malheureuse mais combative, devrait être montré dans beaucoup de facs de droit comme un témoignage de premier ordre sur la violence des hommes à l’encontre des femmes. Tous les interprètes du film sont merveilleux et Simon Abkarian, qui joue l’époux mutique Elisha Amsallem, trouve dans ce film son meilleur rôle avec celui de L’affiche rouge dans lequel il interprétait avec classe le résistant Manouchian.

.
 

Bienvenue dans le Japon médiéval : « 47 Ronin »

47 roninUn enfant court dans la forêt à en perdre haleine ; ça vous rappelle quelque chose ? Effectivement,  ces images nous les avons déjà vues dans Conan le barbare de John Milius (1982). Cet enfant, échappant aux démons qui l’ont élevé, sera recueilli par le seigneur Asano et en grandissant prendra les traits du séduisant Keanu Reeves, qui restera malgré tout un « sang mêlé » et ne devra en aucun cas bouleverser le rituel de vie des samouraïs d’Asano. Les sangs mêlés, nous en avons déjà rencontré dans la saga d’Harry Potter et ils s’appelaient les sangs impurs. Passons. Le débonnaire seigneur Asano, un modèle de droiture et de bienveillance pour sa progéniture et ses samouraïs, reçoit le shogun de la région, lequel est accompagné du félon seigneur Kira, un rival redoutable accompagné d’une traîtresse sorcière qui se transforme en renard blanc quand ça lui chante. Mais ça notre beau et bon héros Kai (sous les traits de Keanu Reeves) le sait dès les premières minutes du film, n’a-t-il pas d’ailleurs été élevé par les démons de la forêt quand il était petit ? Cependant personne ne le croit, et surtout pas le général en chef d’Asano, le mutique et intègre samouraï Oïshi, interprété par le très convaincant acteur nippon Hiroyuki Sanada, dont la fierté blessée est un modèle d’interprétation au cordeau. Evidemment un complot va conduire à la mort du paisible Asano, et le film se change alors en histoire de vengeance, comme dans La fureur de vaincre de Lo Wei (1972) dans lequel Bruce Lee vengeait rageusement, jusqu’au sacrifice, son cher maître chinois assassiné par les japonais.

Sur le papier, malgré pas mal d’invraisemblance (ah bon ? Des sorcières jolies comme des coeurs mais méchantes comme la gale sillonnaient le Japon médiéval en toute impunité ?) le film du britannique Carl Erik Rinsch a tout du bon film d’aventures historiques plaisant à regarder. Plaisant à regarder, il l’est véritablement, tant la reconstitution soigneuse des paysages, des domaines des seigneurs et des ruelles des villages féodaux, comme autant de cartes postales chromatiques, est un émerveillement de chaque instant. La photographie du chef opérateur John Mathieson restitue à merveille les couleurs chatoyantes des paysages variés et enchanteurs. Là n’est pas le problème.

Le problème réside dans la vacuité qu’il y a à infuser des éléments surnaturels sur une intrigue tirée de l’histoire officielle d’un pays ou d’une civilisation. Ce phénomène désolant a envahi les intrigues de films depuis trop longtemps déjà, et décrédibilise toute tentative de reconstitution historique au cinéma : par exemple dans les 300 et sa suite La naissance d’un empire on devait se coltiner toute une panoplie de créatures grotesques issues de l’héroïc-fantasy la plus cheap ; dans 47 Ronin c’est la même chose, on y voit même un personnage de hollandais grimé comme s’il venait tout droit du plateau de tournage du nouveau Star Wars ; et après ça on s’étonne que les mômes soient nuls en histoire au collège !

Bref 47 Ronin n’est pas un mauvais film, loin s’en faut, il est même plutôt agréable à regarder, mais à force de nous proposer des scènes indigestes avec des créatures sans queue ni tête, on ne prendra plus pour agent comptant que La vie de Brian (1980) des Monthy Pythons comme modèle de vrai film historique retors ; c’est dire !

 

.
 

Retour aux sixties : « The Two Faces Of January »

TWO FACES OF JANUARYLes paysages de la Grèce intemporelle, la beauté de la Mer Egée, les riches américaines et américains en goguette parmi les ruines antiques de Knossos et d’Heraklion, la chaleur qui endort, et les velléités de meurtre, tout cela passionne depuis longtemps beaucoup de cinéastes. Il n’y a qu’à songer au parfait Plein Soleil de René Clément (1960) ou à l’élégiaque Un thé au Sahara de Bernardo Bertolucci (1990) pour s’en convaincre. Athènes, 1962, un jeune américain, guide de tourisme sur le site de l’Acropole, profite de ses pauses pour observer les allées et venues d’un couple d’américains à la coule. Irrésistiblement notre jeune ami, Rydal, un peu filou sur les bords, va faire connaissance avec le séduisant Chester MacFarlane et sa ravissante épouse Colette, bien plus jeune que lui. Rydal va vite se rendre indispensable auprès des américains, avec dans l’idée de surtout s’attacher aux basques de la charmante épouse. Evidemment rien ne va se passer comme prévu…

Sure cette trame classique de thriller haut de gamme (les lumières de la Grèce et de la Turquie sont somptueuses) le réalisateur Hossein Amini filme avec grâce les circonvolutions de nos trois charismatiques personnages (les sublimes Viggo Mortensen, Kirsten Dunst et Oscar Isaac) dans des paysages à couper le souffle, aussi bien en Grèce, en Crête, qu’à Istanbul, une des plus belles villes du monde. Bien sûr on ne peut s’empêcher de penser à Alain Delon, à Maurice Ronet et à la délicieuse Marie Laforêt, croqués par la caméra enchanteresse de René Clément en 1960 ; cependant le film d’Hossein Amini tient en haleine jusqu’au bout et on aimerait continuer à suivre le face-à-face haletant de Rydal et de Chester une bonne heure de plus. Un film de genre (les américains faisant à peu près n’importe quoi dans cette bonne vieille Europe décadente), magnifiquement éclairé et mis en musique par le génial Alberto Iglesias, qui mérite d’être vu et d’avoir une place de choix dans nos vidéothèques.

.
 

Un thriller puissant : « Marathon Man » de John Schlesinger (1976)

marathon manArte a eu l’excellente idée de programmer lundi 9 juin en soirée le film Marathon Man, réalisé par John Schlesinger en 1976, dans une copie restaurée magnifique. L’éclat des couleurs de New York prend toute sa mesure dans ce récit anxiogène d’une traque peu commune entre le jeune frère d’un agent spécial d’un service de contre espionnage gouvernemental et un ancien nazi particulièrement fanatique. Au début du film nous suivons en parallèle les itinéraires des deux frères : pendant que Dustin Hoffman travaille à sa thèse de doctorat en histoire à l’université de Columbia et flirte avec avec une jolie étudiante allemande, son frère, en mission à Paris, pour débusquer un trafiquant de diamant particulièrement retors, réchappe de peu à un attentat à la bombe. Bien sûr les deux itinéraires vont se rejoindre et le jeune historien, féru de course à pied, va être plongé au coeur d’une affaire ténébreuse dont il se serait bien passé. Pour survivre il devra remettre en question son pacifisme et ne plus se fier à personne. Sur cette trame efficace le cinéaste campe des personnages plus vrais que nature : le candide Dustin Hoffman va révéler peu à peu une part d’animalité insoupçonnée pour survivre à la traque acharnée des nostalgiques fous furieux du troisième reich, tandis que l’impeccable Roy Scheider interprète un agent double plus vrai que nature. Mais le charme du film, haletant à souhait, réside aussi dans les sublimes images de Conrad Hall, magnifiant à souhait la ville de New York, dont le coeur du récit reste Central Park et ses multiples itinéraires qui permettent de s’échapper, de s’affranchir… de survivre en territoire hostile. Un bonheur de cinéphile absolu.

.
 

Lespetitesgarces |
Seventh Art Lovers |
Juloselo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Serietvaddict2015
| Whitekelly4o
| My own private movie